Louis Vuitton outlet URL: http://www.designunlimited-uk.com/outlet.html
moncler pas cher

Saint EBONS – 1097.

Saint Ebons

Histoire et légende

Ebons (ou Pons) moine bénédictin de Conques, devint, en 1097, évêque de Roda en Aragon, puis de Barbastro en 1101, où il fit de la mosquée sa cathédrale. Au retour d’un voyage à Rome, il rend visite à son ami Bertrand de l’Isle, évêque de Comminges et futur Saint Bertrand, et meurt auprès de lui le 12 septembre 1104.

Moine bénédictin, il devait être inhumé en terre bénédictine. Sarrancolin était l’abbaye la plus proche.

Les habitants l’ont aussitôt considéré comme saint et décident, au XIII°siècle, de le choisir comme patron de leur église, initialement vouée à Saint Pierre. Dès lors saint Ebons est l’objet d’un culte fervent en Vallée d’Aure et sera crédité de plusieurs miracles. Depuis le XVII°siècle, la procession du 12 septembre, anniversaire de sa mort, était l’occasion de notoires manifestations de ferveur.

Un miracle est resté particulièrement célèbre. En mai 1650, après des pluies abondantes, la Neste déborde. C’était une époque d’exploitation intensive des forêts des hauts de vallées et de nombreux troncs d’arbre descendaient la rivière par flottage. Ils créèrent un barrage au pont de Sarrancolin et l’inondation du bourg fut considérable. On transporta la châsse de Saint Ebons en procession jusqu’à la Neste. Le Prieur, les jambes dans l’eau et la vase, invoqua le Saint patron, leva l’ostensoir et bénit les flots. Aussitôt les eaux refluèrent, la ville était sauvée.

Il est à noter que Saint Ebons (Eboncio ou Poncio) s’il a laissé une trace historique précise, n’a jamais figuré dans le martyrologe espagnol et, n’ayant jamais été canonisé, a été retiré du calendrier liturgique français en 1961.

Le Prieuré de Sarrancolin

Au X°siècle, Guilhem Auriol d’Aure installe des Bénédictins de l’abbaye de Simorre, (dans le Gers) après avoir repris le contrôle de la Vallée dévastée par les Vikings. Le don de ces terres est attesté en 952 par un acte d’Arnaud, comte d’Aure.

Le village se développera autour du prieuré, sera fortifié et deviendra le verrou de la vallée.

Le Prieuré fut construit à la fin du XII°siècle comme l’attestent quelques vestiges du cloître et surtout l’église dont la nef, bâtie sur un plan en forme de croix grecque, a un grand chevet roman avec contreforts percés de hautes ouvertures. L’abside, en cul de four, est fermée par une grille en fer forgé du XV°siècle. Le clocher est une forte tour carrée éclairée, sur chaque face, d’une baie à colonnettes avec des chapiteaux ouvragés.

L’église fut dévastée 1570 pendant les Guerres de Religion et fut restaurée au début du siècle suivant. Il reste, dans la toponymie locale, un Pré des violons de Saint Ebons, pièce de terre dont les revenus servaient à payer les musiciens le jour de la fête locale.

Les reliques de Saint Ebons étaient conservées dans une grande châsse de cuivre doré du XIII°siècle, chef d’œuvre des émailleurs limousins. Cette châsse fut volée une nuit de juillet 1911 et retrouvée quelques jours après dans la Neste. Envoyée à Paris pour y être restaurée, elle resta 18 ans au Musée de Cluny avant d’être restituée à Sarrancolin.

Un buste reliquaire, à l’effigie du saint évêque, a été réalisé à Boussens et doré par Pierre Clerc en 1771. Il est intégré au retable.

La châsse de St Ebons-XIII°s

Châsse de St-Ebons-détail

St Ebons-reliquaire du XVIII°

1840- Porte Ste-Quitterie-d'Agos

Sarrancolin l'église 1850env

Sarrancolin le pont-1850env

CEDAS Exposition 2010

Aucun commentaire »

Aucun commentaire.

RSS flux des commentaires de cet article. TrackBack URL

Laisser un commentaire