Louis Vuitton outlet URL: http://www.designunlimited-uk.com/outlet.html
moncler pas cher

Les Marbrières des Vallées d’Aure et Louron (D’après Ch. L. Frossard – 1893 -)

Les Marbrières des Vallées d’Aure et Louron

1 – Remarques :

Le marbre est un calcaire assez dur, mélangé de substances diverses. Sa densité varie de 2,65 à 2,74, quand il est essentiellement calcaire. Il  peut re-cevoir un beau poli. Sa solidité dépend du plan de coupe, on évite la coupe per-pendiculaire au sens de la fissibilité.

La France est extrêmement riche en marbre et rivalise avec l’Italie sur laquelle elle l’emporte même en variété. Dans les montagnes gisements non ex-ploités souvent à cause de gisement de faible volumes, et souvent dû à la diffi-culté d’extraction et du prix élevé pour le transport.

Au XI° et XII° siècles quelques carrières furent remise en exploitation pour la décoration des églises.

2 – Les Carrières en Aure/Louron

Marbre analogue au Carrare.

BLANC DILHET  (Bassia, près de Sarrancolin).

Saccharoïde, grain fin, très blanc.

La carrière est non accessible et non exploitée.

Compacte.

HECHETTES, OU  PETIT  ANTIQUE  OU  PETIT DEUIL d’Héchettes,

Grain ferme, matière homogène, noir et blanc d’un dessin petit et serré.

Ce bon marbre prend bien le poli et donner beaux, soubassements. Il a servi pour l’appartement des  bains du Palais de Versailles, pour la Madeleine, à Paris, et pour Saint-Andrea della Valle, à Rome.

Carrière exploitée du temps de Louis XIV et reprise de nos jours.

Amygdalins .

VERT DE GRÉZIAN (vallée (d’Aure).

Amandes vert clair bordé de vert noirâtre, ciment vert, fossiles appa-rents. Ce marbre a un bel aspect, mais son poli est médiocre. Passe prononcée. Certains marbres renferment des parties de peu d’étendue qui sont garnis de coquilles : ici se sont des goniatites.

Carrière exploitée.

GRIOTTE  DES QUATRE-VÉZIAUX (vallée d’Aure).

Amandes petites d’un ton foncé ; analogue aux marbres de Sost.

Carrière non exploitée.

Variés .

SARRANCOLIN-ILHET  ou  Anti, (vallée d’Aure).

En partie homogène, partie granité ou brocatelle et partie brèchiforme,

présentant des tons ravissants. La masse est jaune rosée avec des nuages ver-dâtres sur lesquels se détachent des tons rosés clairs ; les parties brocatelles sont violacées et les parties brèchiformes flambées de rouge de sang, de pour-pre, de brun, de jaune verdâtre ou bleuté, rappelant par places l’agathe et l’onyx.

Ce marbre admirable d’aspect a été d’abord exploité par le duc d’Antin, intendant général des bâtiments du roi et fils de la Montespan ; il a servi à dé-corer le château de Versailles et a faire 8 colonnes ioniques du péristyle de Trianon.

En î666, le roi acheta des colonnes en Sarrancolin au prix de L. 6. S. 2. d.5 le pied cube.

La carrière de Camous près Sarrancolin fut encore exploitée par le roi en 1771.

De nos jours, on en a tiré des piédestaux pour le Musée du Louvre, 30 co-lonnes pour l’Opéra ; on l’a employé à la décoration des magasins du Louvro et de nombreux hôtels princiers.

Carrière exploitée à llhet et à Camous.

A l’occasion du Sarrancolin-Ilhet, nous dirons un mot d’une partie de ce marbre qui serait particulièrement bonne si elle existait en quantité plus con-sidérable; c’est celle qui a reçu le nom de Tragne-Hérède. Son grain d’une ex-trême finesse rappelle l’agathe et sa couleur est d’un blanc soyeux, strié et nuagé d’un gris bleuâtre très délicat.

SARRANCOLIN-BEYRÈDE.

Structure analogue à Ilhet. Masse grise avec rouge plus vif et plus ré-gulier disposé, partie brocatelle noirâtre, partie en brèche avec morceaux rouges et rosés avec fond gris, fond rouge et fond jaune rosé ; parfois coquilles fossi-les, principalement des nérinées du terrain crétacé.

Ce marbre, n’offrant au fond qu’une variété du précédent, a le même em-ploi et a servi  concurremment avec lui à de grands travaux de décoration. Com-me les Sarrancolin tirent leur principal agrément de leurs belles  couleurs et qu’ils résistent mal aux agents atmosphériques, il est bon de les employer de préférence pour les décorations intérieures.

Carrière exploitée.

VERT DE GUCHAN (vallée d’Aure),

Blanc evec entrelacs fondus et emmêlés de vert olive clair, rappelle par-fois le cipolin des Italiens.

Carrière exploitée.

VIELLE VERT de Vielle-Louron (Hautes Pyrénées).

Morceaux blancs, rosés, brun avec des verts variés, veines orange, vert brun et noir ; aspect de cervelas, parties schisteuses.

Ce marbre a une passe.

Carrière exploitée.

VIELLE BUN de Vielle-Louron (Hautes-Pyrénées).

Fond brun, rouge violet, parties blanches, rosées, verdâtres brunes.

VIELLE VIOLET de Vielle-Louron (Hautes-Pyrénées).

Fond blanc et violet pâle, veines noirâtres.

Passe prononcée.

Carrière exploitée.

Calcaire Silicifère.

GÉNiTE de Génos vallée du Louron (Hautes –Pyrénées).

Cette matière dure qui raye le verre est, dans sa partie blanche, un calcaire qui se dissout avec vive effervescence dans l’acide chlorhydrique à froid et qui lais-se des granules de silice. La silice y est en proportion convenable pour que la ma-tière soit fusible au chalumeau, fait unique pour un marbre. On l’a prise par er-reur pour un pétrosilex, puis pour une dolomie : elle présente des flaques allon-gées tantôt nettes, tantôt fondues, de blanc, vert et brun rouge violacé et au-tres nuances, l’aspect plus étrange .que beau est souvent rubané, zébré ou tigré.

Matière difficile à travailler, donnant des plaques de grandes dimensions qui res-semblent peu au marbre et dont le poli n’est pas toujours brillant. La dureté de celle substance pourrait la recommander en vue de certains travaux. Sa partie blanche ferait une excellente pierre du Levant; elle se compose de : carbonate de chaux 8,93, carbonate de fer 8,08 et silice 54,7. Le reste est pauvre en chaux, la partie violette a 76,2 de silice et la partie verte 88,7.

Carrière non exploitée.

On voit que les marbres le plus souvent rencontrés dans nos vallées sont : les variés, les amygdalins, puis viennent les brèches, les compactes et les blancs saccharoïdes ; les autres sont relativement peu répandus.

Aucun commentaire »

Aucun commentaire.

RSS flux des commentaires de cet article. TrackBack URL

Laisser un commentaire