Louis Vuitton outlet URL: http://www.designunlimited-uk.com/outlet.html
moncler pas cher

Construction du Barrage de Cap de Long [1]

Histoire Locale

Complexes hydraulique en

Haute Vallée d’Aure (épisode n°1).

Construction du barrage de Cap de Long.

Les récits suivants ont été relatés et écrits par Monsieur Joseph BRUNET résidant à BAZUS-AURE dans les Hautes-Pyrénées. Il a été embauché en 1948 à l’âge de 16 ans (comptabilité matières et Gestion du matériel) après l’accord de Monsieur Pierre LAURENS Ingénieur et Directeur des  l’E.I.T.P. (Entreprises Industrielles et de Travaux Publics), en raison de son jeune âge.

Le projet de construction du Barrage de Cap de Long : 1948-1953.

Vers 1880, Mr Aristide Bergès a le premier mis en valeur la houille blanche, source d’énergie presque gratuite et facilement accessible à l’industrie : elle consiste à utiliser les chutes d’eau de grande hauteur pour faire tourner des alternateurs producteurs d’énergie. De plus, l’électricité ne se stocke pas lorsqu’elle est sous forme de courant alternatif (utilisation courante), donc on accumule l’eau en altitude dans les barrages.

Vers 1870, Le Ministère de L’Agriculture réalisa la construction du premier barrage de Cap de Long, d’une hauteur de 20 m et d’une capacité de 7,1 millions de m3 pour l’irrigation en aval de Lannemezan.

A la fin de la seconde guerre mondiale, la pénurie d’énergie électrique qui s’annonçait déjà, exigea du pays un effort d’équipement considérable qui devait être rapidement réalisé. Aussi, dès la constitution d’E.D.F. en 1946, ses ingénieurs s’intéressèrent à l’un des aménagements énergétiques importants du Sud-ouest : celui du Gave de PAU, avec l’usine de Pragnères. Il pouvait être alimenté en dehors de son bassin versant naturel par les névés et glaciers du Néouvielle.

Le réservoir de Cap de Long situé dans le bassin versant de la Garonne a joué un rôle essentiel. En complément des apports naturels de ses versants, deux stations de pompage, celles de Pragnères et de la Glère remplissent lors de la fonte des neiges cette retenue ainsi que celle d’Aubert. Cet important stockage d’eau permet en période hivernale le fonctionnement de la centrale de Pragnères, ainsi que celles qui sont situées en aval.

Tout d’abord, la Société Auxiliaire d’Entreprises Electriques et de Travaux Publics sous la direction de Mr René POIRIER, réalisa en trois campagnes de 6 mois la route de Fabian à Estaragne de 1947 à la mi-1949. Le tronçon entre le cantonnement d’Estaragne et le chantier fut confié à l’Entreprise CASTELLS de Tarbes. Ainsi, en septembre 1948, les camions pouvaient arriver à Cap de Long.

Les différents chantiers débutèrent en 1948 et devaient s’achever au bout de cinq campagnes. Cap de Long était un chantier saisonnier, c’est-à-dire interrompu durant l’hiver. Cependant je me souviens que l’hiver 1948 particulièrement propice ( 20 cm de neige seulement ) permit l’avancée des travaux.

La gare d’Arreau-Cadéac déjà existante dut être aménagée : terrassements, construction de nouvelles voies, de huit silos pour le stockage du ciment en vrac, dispositifs de dépotage des wagons containers et remplissage des silos par air pulsé( plus de 80.000 tonnes de ciment furent stockées)…Le ciment était ensuite acheminé par des camions Diamond container de 15 tonnes, chargés par écoulement libre en gare sous les silos ( la distance Arreau-Cap de Long est d’environ 35 km ).

La réussite des travaux définitifs étaient directement liée à leur démarrage très rapide, puisqu’à partir du mois d’octobre 1948 la neige pouvait chasser l’Entreprise de la haute montagne et l’obliger à se replier dans la vallée à basse altitude.

L’emplacement  le plus propice pour répondre à ces différents critères fut trouvé à Saint-Lary, grâce à la compréhension de son Maire, Monsieur Vincent MIR et de son Conseil Municipal.

E.I.T.P. acheta à ce moment là à Mademoiselle la Comtesse Mathilde de FORNIER DE SAINT-LARY, des terrains permettant d’aménager le camp de base qui était un grand village et qui fut installé à SAINTE-MARIE.

Il était composé au cours de l’été 1948, uniquement de grandes tentes achetées aux surplus américains.

Dans ces tentes montées en quelques jours, des dortoirs pour le personnel, une cantine, un atelier mécanique, un atelier de charpente, des magasins et des bureaux furent aménagés. L’ électricité était fournie de façon indépendante par deux groupes électrogènes.

L’eau dans un premier temps était pompée dans la Neste et ensuite branchée sur le réseau de la Commune. Cette installation provisoire permit  de travailler sous abri  pendant tout l’hiver 1948-1949 et facilita grandement la construction du camp définitif en matériaux durs, comprenant toutes les installations logistiques utiles.

Le camp de base fut installé en fond de Vallée : il devait à la fois s’approcher du chemin de fer et être situé  le plus près possible des futurs chantiers. Les travaux préparatoires commencèrent début Août 1948 en aval de la chapelle Sainte-marie de St Lary, par le montage en quelques jours de tentes américaines : dortoirs pour le personnel, cantines, ateliers mécaniques, ateliers charpente et menuiserie, ainsi que les magasins et les bureaux.

Ce campement provisoire permit d’entreprendre simultanément le démarrage de 5 chantiers : l’aménagement de la gare d’Arreau- Cadéac, l’installation en dur du camp de base à St Lary, la chute E.D.F d’Eget-Cité chantier des Echarts, la chute de Fabian et le barrage de Cap de Long.

La situation idéale du camp de base a favorisé un démarrage rapide des travaux et par conséquent, le respect des délais imposés.

A suivre…

Crédits photos: Ville de Bagnères de Bigorre, Fonds photographique EYSSALET.

5 Commentaires »

  1. avatar comment-top

    Je suis très curieux de tout ce qui a trait à cette aventure humaine et attends avec impatience la suite de cet intéressant récit. Il se trouve que je faisais mes premiers pas en 1951 à Guchan tandis que passaient sans cesse les camions du chantier…

    comment-bottom
  2. avatar comment-top

    Bonjour,
    Une exposition sur le complexe Cap de Long-Pragnères est en cours au Centre Culturel d’Ancizan jusqu’au 12 Octobre 2013.
    Nous serons heureux de vous y accueillir.
    cordialement
    Le CEDAS

    comment-bottom
  3. avatar comment-top

    Merci pour tout ce travail de mémoire !

    comment-bottom
  4. avatar comment-top

    Dommage qu’en bas de chaque épisode vous n’indiquiez pas un lien qui conduise à la suite …

    comment-bottom
  5. avatar comment-top

    Il y a 19 articles dans cette série. Seul le numéro change . Il doit se présenter comme suit : [2]
    Cordialement
    CEDAS

    comment-bottom

RSS flux des commentaires de cet article. TrackBack URL

Laisser un commentaire