Louis Vuitton outlet URL: http://www.designunlimited-uk.com/outlet.html
moncler pas cher

Cap de Long – Pragnères 2013

Soixante ans et pas une ride

Aujourd’hui, le complexe hydroélectrique de Cap-de-Long – Pragnères continue de fonctionner et de produire de l’énergie. Comme il y a soixante ans, le personnel recruté doit posséder de solides connaissances techniques mais aussi les capacités physiques exigées par la nature même des lieux d’intervention.

Ils sont une équipe de plus de vingt personnes, localisée à la centrale de Pragnères. Ces techniciens doivent exploiter et surveiller les ouvrages d’art et garantir la sécurité des personnes et des biens. Pour le barrage de Cap-de-Long, par exemple, ils consultent à distance, tous les quinze jours, les mouvements de la paroi de béton, la pression de l’eau, les fuites. Une ou deux fois par mois, les agents se rendent sur place ou font un survol en hélicoptère, si la neige ne permet pas l’accès. Des vérifications périodiques sans vidange de l’ouvrage, sont effectuées à l’aide de robots subaquatiques, et de caméras spéciales. Tous les dix ans, la retenue passe une inspection complète.

Progressivement, la technologie décharge de plus en plus les employés de leurs tâches dans la montagne pas toujours clémente. Mais malgré l’automatisation et la télésurveillance des ouvrages, aucune prouesse technique ne pourra entièrement remplacer le savoir-faire des hommes.

Saviez-vous que…

L’aspirant hydraulicien passe une période probatoire d’un an au cours de laquelle il doit démontrer ses compétences en même temps que ses aptitudes de montagnard.

Nature et industrie, la cohabitation harmonieuse ?

Dans les années 1950, l’hydroélectricité assurait la moitié de la consommation nationale en énergie. En 2013, il s’agit de 19 % de la production totale d’électricité. C’est une énergie d’appoint, elle intervient dans l’ajustement des besoins du pays. En quelques minutes, les centrales qui utilisent des lacs-réservoir, comme celle de Pragnères, peuvent répondre aux besoins quotidiens de consommation.

Les préoccupations environnementales d’aujourd’hui évoquent le caractère renouvelable de cette ressource qui fournit de l’électricité sans émission de gaz polluants ni de gaz à effet de serre. Mais les installations nécessaires à sa production constituent une intrusion dans la nature et une menace pour l’équilibre des écosystèmes. Dans le secteur de Cap-de-Long, situé en bordure de la réserve du Néouvielle, le Parc National des Pyrénées mène des actions destinées à préserver cette richesse naturelle et à rendre compatible les activités industrielles des hommes sur le territoire.

Ces missions ne sauraient se réaliser sans une concertation avec les autres acteurs évoluant sur le terrain et, notamment, le gestionnaire historique du complexe Cap-de-Long – Pragnères, EDF. Depuis 1990, ils sont partenaires pour mieux intégrer la production d’énergie hydraulique et son transport dans un patrimoine naturel exceptionnel.

Saviez-vous que…

Pendant toute la période de nidification des rapaces (aigles, gypaètes, vautours…) les trajets de vols d’hélicoptère nécessaires à la surveillance et à la maintenance du barrage évitent les zones sensibles où nichent les oiseaux.

Cap-de-Long, plus qu’un barrage

Voilà maintenant soixante ans que le complexe Cap-de-Long – Pragnères fait partie des nombreux paysages pyrénéens marqués par l’existence des installations hydroélectriques. Outre son activité première – la production d’énergie – cet aménagement joue plusieurs rôles et devient ainsi un acteur économique et touristique majeur des territoires.

L’arrivée du chantier modifie profondément la vie de la vallée d’Aure et de la haute vallée du Gave de Pau. Les communes ayant reçu un équipement ou abrité les ouvriers et les bureaux, voient leur population augmenter de façon significative, comme Saint-Lary mais aussi Vielle-Aure, Vignec, Bourisp… Les villages se modernisent, en témoignent les bâtiments publics neufs : mairies, écoles, postes… Des stations de ski sont créées sous l’impulsion de conseils municipaux visionnaires qui utilisent les ressources financières apportées par ces infrastructures. Progressivement les vallées basculent dans une ère économique nouvelle.

De par leur beauté naturelle, ces sites exercent un attrait touristique indéniable assurant une fréquentation importante. Les routes ouvertes à l’occasion des chantiers facilitent l’accès à la haute montagne. Les lacs et leurs barrages deviennent eux-mêmes une destination, symbole de l’ampleur des équipements et des efforts humains déployés

Savez-vous que…

42 000 randonneurs sont montés sur le barrage de Cap-de-Long, du 15 juin au 15 septembre, en 2012.

Crédits photos:

Retour au sommaire

Aucun commentaire »

Aucun commentaire.

RSS flux des commentaires de cet article. TrackBack URL

Laisser un commentaire